CV

nom féminin

  1. DIDACTIQUE Répétition.
  2. MATHÉMATIQUES Méthode de résolution d’une équation par approximations successives.

Intéressé par l’accumulation des gestes artistiques dans le temps, je débute à l’université de Paris-Est des études d’Histoire de l’Art et d’Archéologie. Ayant le désir de la recherche autant que du faire, j’étudie à l’école supérieure d’art de Brest1. Ressentant les enjeux de la spatialité dans la transmission de données, j’y développe une pratique sculpturale et installative. Je commence dès lors à interroger la notion d’information, constituante de la compréhension et de la projection que l’individu se fait du réel et de celleux qui l’entoure. 

Le récit, l’historiographie, l’anticipation et le champs des probables deviennent autant d’outils de développement articulant une pratique constellée d’études de cas. Ces recherches m’amènent sur divers champs de connaissances scientifiques et techniques de terrain, et fondent une pratique collective. Un parcours fait de collaborations : Etienne Klein, physicien, Julien Griffit, ingénieur informatique, Armelle Couillet, cartographe, Brent Martin, architecte à L.A, ont notamment jalonnés des projets et de multiples expositions (Centre Pompidou, Palais de Tokyo, IAC Villeurbanne, Espace de l’art Concret, Centre d’art de Neuchâtel, pour ne citer que quelques exemples). 

En parallèle, j’amorce des projets curatoriaux, notamment au Palais de Tokyo2, sélectionné comme jeune curateur, et poursuis des réflexions sur les communautés et le vivre ensemble3. Ces temps de communauté, expérimentés et curatés en milieux hostiles sur les dix dernières années ainsi que le désir de faire-lieu me font concevoir, dessiner et auto-construire, à plusieurs, un vaste bâtiment de recherche et de production nommé bermuda4. Cette initiative est mue en son coeur par une détermination ferme à pérenniser une pratique et une recherche artistique tout en mutualisant et partageant savoirs et savoir-faire. Elle poursuit une réflexion récurrente sur l’endémisme, d’ou son nom tiré de l’archipel des Bermudes ou comment un organisme réagi à ses environnements. 

Cette expérience m’amène désormais à développer ces actions, engagées politiquement et socialement, à l’échelle d’une zone urbaine en friche avec le concours de Christophe Hutin et Tiphaine Abenia (Pavillon Français, Biennale d’architecture 2021). Au coeur de ces gestes se retrouvent des principes d’observation de l’existant, de jardin, d’espaces de partage, de recherche et de production. J’en arrive ainsi à vouloir expérimenter la plantation d’une forêt-jardin sur la terre agricole voisine, prolongeant en spirale une pensée vectorisée par un groupe, du geste au lieu, du lieu au territoire. 

Afin de partager ces expériences, je débute l’enseignement de la conception spatiale et de l’architecture sous la direction de Dieter Dietz5. L’expérience de la pédagogie dans le supérieur par jury, workshop et la direction d’un studio se reflètent aujourd’hui dans la structuration d’une plateforme de recherche portée sur l’étude des Nuages6, tant météorologiques et sociétaux, mathématique et littéraire, philosophiques et systémiques, que informationnels et technologiques.

Se pencher sur divers cas, les approcher de biais afin de tenter de saisir les enjeux, la complexité et la poésie de notre projection du monde.

Recommencer.

 1 École Supérieure d’Art de Brest, 2004-2009
2 Le Principe Galàpagos, Palais de Tokyo, 2013
3 Monstrare Camp, Dampierre sur Loire, 2012-2022
4 bermuda, Ateliers de recherche et production, Sergy, avec Mathilde Chénin, Julien Griffit, Bénédicte le Pimpec & Guillaume Robert et l’agence ACTM, Adrien Cuni et Thomas Mouillon
 5 Alice, Atelier de la conception de l’espace, EPFL, Lausanne, 2019-2021
6 Truant School, Visions of Clouds, avec Tiphaine Abenia, Myriam Treiber et Uri Wegman, depuis 2021